toutpublic

artificial intelligence 18295L'intelligence artificielle (IA) consiste à mettre en œuvre un certain nombre de techniques visant à permettre aux machines d'imiter une forme d'intelligence réelle. L’intelligence artificielle est donc un ensemble d’algorithmes conférant à une machine des capacités d’analyse et de décision lui permettant de s’adapter intelligemment aux situations en faisant des prédictions à partir de données déjà acquises. L'IA se retrouve implémentée dans un nombre grandissant de domaines d'application.

 

L’ambition de l’IA, c’est de faire ce que fait le cerveau humain… c’est-à-dire, rendre la machine capable :

  • de reconnaître, d’identifier ;
  • de raisonner sur une situation statique ou dynamique ;
  • de résoudre des problèmes combinatoires ;
  • de faire un diagnostic ;
  • de proposer une décision, un plan d'action ;
  • d'expliquer, de communiquer les conclusions obtenues ;
  • de comprendre un texte, un dialogue en langage naturel ;
  • d'acquérir de l'information, de la résumer ;
  • d'apprendre, de découvrir etc...

1) L’intelligence artificielle et le travail

On considère l’intelligence artificielle comme l’ensemble des technologies visant à réaliser par l’informatique des tâches cognitives traditionnellement effectuées par l’humain. Cette technologie est aujourd’hui au cœur des débats sur les transformations sociales.

Deux points de vue s’affrontent : certains experts ou économistes affichent leur optimisme devant une technologie porteuse de gains de productivité, donc source de richesse, et qui promet d’en finir avec les tâches les plus fastidieuses. D’autres sont plus pessimistes et promettent la disparition inéluctable de filières d’emplois.

S’il n’est pas établi que le développement de l’intelligence artificielle constitue à proprement parler une quatrième révolution industrielle, il apparaît néanmoins de plus en plus certain qu’elle va modifier la majorité des métiers et des organisations. Ce développement va en effet permettre l’automatisation d’un grand nombre de tâches.

intelligence artificielle 1

L’intelligence artificielle conduira à des transformations profondes du travail. Le lien entre intelligence artificielle et « capital humain » est clairement établi. Selon l’étude « Future of Work », sur l’intelligence artificielle publiée par Malakoff Médéric et le Boston Consulting Group en mars 2018, 39 % des dirigeants et 34 % des salariés jugent que le développement de l’IA va dégrader l’emploi.

L’étude montre en premier lieu que face à l’émergence de l’IA, les entreprises ne sont pas toutes au même niveau d’anticipation et de préparation. En effet, les niveaux de préparation sont aujourd’hui contrastés et dans l’ensemble modestes. A l’heure actuelle, seuls 20 % des dirigeants déclarent faire de l’IA une priorité stratégique.

Le développement de l’IA est globalement perçu positivement, les salariés restant plus réservés : plus de 70 % des dirigeants et managers se déclarent prêts à travailler avec une IA, contre 44 % des salariés. Il faut également souligner que l’IA est perçue comme ayant des effets bénéfiques sur le travail.

Enfin, l’étude montre que les entreprises sont conscientes des grands enjeux humains de la transformation qui s’annonce, une transformation dans laquelle des DRH devront jouer un rôle clé.

Selon le rapport sur l’IA de Cédric Villani qui s’appuie sur l’étude du  COE, les emplois les plus exposés qui sont proportionnellement les plus représentés par rapport à leur part dans l’emploi salarié total sont le plus souvent des métiers manuels et peu qualifiés, notamment de l’industrie, tels que les ouvriers non qualifiés des industries de process, les ouvriers non qualifiés de la manutention, les ouvriers non qualifiés du second œuvre du bâtiment, les agents d’entretien, les ouvriers non qualifiés de la mécanique, les caissiers…

Décomposition des emplois les plus « exposés » : les métiers les plus importants en volume.

IA tableau emploi 1

IA tableau emploi 2

2) Comment l’intelligence artificielle peut-elle changer l'Éducation ?

La lutte contre l'échec scolaire

Lutter contre l’échec scolaire est l’un des enjeux du système éducatif et plus généralement de nos sociétés.

Pour lutter contre ce fléau certains voient en l'intelligence artificielle (IA) la solution qui pourrait proposer des stratégies pédagogiques s’adaptant à chacun des élèves. L'intelligence artificielle permet de personnaliser les apprentissages des élèves.

Un des enjeux de l’IA est d’améliorer la mémorisation du cours. En effet, selon certaines études, la mémorisation à long terme s'ancre mieux lorsque les révisions sont espacées.

L’intelligence artificielle permet de proposer des « piqûres de rappel » adaptées en fonction de l’historique de chaque individu. Dans ce cas, on parlera de machine Learning ou apprentissage automatique, qui est une branche de l’IA en pleine évolution aujourd'hui.

En effet, l'apprentissage automatique ou “machine Learning” (en anglais), littéralement « l'apprentissage machine ») ou apprentissage statistique est un champ d'étude de l'intelligence artificielle qui se base sur des approches statistiques pour donner aux ordinateurs la capacité « d'apprendre » à partir de données, c'est-à-dire d'améliorer leurs performances à résoudre des tâches sans être explicitement programmé pour chacune.

Cet apprentissage se base sur l’enregistrement d’événements passés, c’est-à-dire que son approche est tournée vers l’expérience acquise et interprétable dans les données. Le machine Learning calcule les « réponses moyennes » pour prédire le comportement du nouvel élève. Un volume important de données est donc nécessaire, plus on a de données plus on peut constituer des groupes précis présentant des caractéristiques pédagogiques semblables.

intelligence artificielle 2

Il faudra nécessairement attendre encore au moins 10 ans, sans doute 2030 voir quelques décennies ou plus, pour que l'IA s'approche de la polyvalence d’un cerveau humain. Les chercheurs en intelligence artificielle sont eux-mêmes divisés sur le moment où ce sera possible.

Il est donc plus judicieux de trouver un juste milieu entre la technologie et l’humain, en utilisant par exemple l’IA en dehors de la classe pour les révisions et conserver le présentiel en classe.

L’enjeu est donc de former de plus en plus de jeunes aux nouveaux défis que demande l’IA tout en développant une recherche de pointe, mais aussi utiliser au mieux les technologies digitales, au sens large, pour mieux enseigner à des étudiants.

Mobiliser le potentiel de l’IA pour lutter contre les décrochages et faciliter l’orientation

Selon le rapport sur l’IA de Cédric Villani, le développement de l’intelligence artificielle modifie en profondeur le quotidien des enseignants. D’une part, l’IA peut aider l’enseignant à accomplir plus facilement ou à déléguer certaines actions, et donc à libérer du temps pour le suivi de ses élèves. Certaines IA permettent aux enseignants de se repérer dans les programmes, d’accéder à des ressources ouvertes ou à des bibliothèques de projets, de faciliter la gestion administrative d’une classe ou encore d’apporter une assistance à la correction. D’autre part, l’IA révèle de nouvelles informations sur les parcours d’apprentissage des apprenants, et donc engage les enseignants à réinventer leurs pratiques pédagogiques.

Chaque année, 100 000 jeunes sortent du système scolaire français sans aucun diplôme. Elle ouvre ainsi des perspectives intéressantes pour :

  • Mieux comprendre les facteurs à risque susceptibles de faire basculer un élève dans l’absentéisme ou le décrochage scolaire et intervenir en amont en alertant la communauté éducative et en réorganisant le dispositif humain d’accompagnement (ex. : tutorat de pair-à-pair, remédiation avec l’équipe pédagogique et les parents) ;
  • Travailler sur différents leviers de motivation et d’engagement de l’apprenant en complément des actions menées en classe.

jeune fille et robot IA

Selon Wayne Holmes , co-auteur du rapport Pearson et conférencier à l'Institute of Educational Technology de l'Open University , à Digital Trends, l’IA et tous les systèmes d'apprentissage numériques seront censés soutenir les enseignants plutôt que de les remplacer. En effet, il s'attend à ce que les éducateurs aient des assistants intelligents pour rendre leur travail plus facile et plus efficace.

De nombreux problèmes restent en suspens comme par exemple les problèmes éthiques que Holmes et ses collègues reconnaissent rapidement. D'une part, les éducateurs devront tenir compte de la confidentialité des données collectées, en particulier lorsque celles-ci concernent les enfants. Qui sera propriétaire de l'information et qui y aura accès ?

Fond vecteur créé par starline - fr.freepik.com

Pour écrire un commentaire, merci de se connecter :
- Les messages déplacés et les critiques non argumentées seront supprimés.
- Le langage SMS est banni et les liens commerciaux sont interdits.

L'équipe Tice-Education

Newsletter

Actualité de l'Éducation numérique
captcha 

Devenir Membre

Pour vous informer sur l'école numérique (Tice), les applications pédagogiques, les outils, le codage, l'algorithmique, les objets connectés... Totalement Gratuit !

S'inscrire

REMARQUE : Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.