empreinte-ecologique-numerique-gouvernement

toutpublic Suite aux propositions de la Convention citoyenne pour le Climat, l'exécutif a établi une feuille de route afin de faire converger numérique et transition écologique. Alors, quelles sont les mesures du Gouvernement pour réduire l'empreinte écologique du numérique ? Voici les principales mesures, selon 3 piliers, dont une grande partie va être mise en œuvre durant cette année 2021.

Développer la connaissance de l'empreinte environnementale numérique

Ce premier axe a pour objectif de comprendre l'empreinte numérique sur l'environnement et les différents enjeux environnementaux du numérique.

Mise en place d'un “baromètre environnemental”

Il s'agit d'un baromètre environnemental des acteurs du numérique qui sera créé par l'autorité de régulation des télécommunications (Arcep). Cet outil doit permettre de collecter les données auprès des différents acteurs du numérique concernant les produits, services et infrastructures numériques pour connaître leurs impacts environnementaux sur le long terme. Il est à noter qu'il ne sera pas disponible avant au moins 2022.

Lancement d'une étude sur le développement des objets connectés

Cette étude doit permettre de comprendre les impacts potentiels de ces technologies sur l'environnement et, dans le sens inverse, leur participation à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Soutenir un numérique plus sobre

Ce deuxième axe est réfléchi pour atténuer la pollution numérique aussi bien du côté des acteurs de ce domaine que des consommateurs. Les mesures concernent aussi bien l'empreinte carbone d'internet que les différents terminaux permettant d'utiliser le réseau.

Analyse des pratiques commerciales de terminaux subventionnés

L'Arcep est également chargée d'étudier l'impact environnemental des smartphones subventionnés par les opérateurs télécoms. Il s'agit notamment d'offres proposant des téléphones à très bas prix contre un réengagement. Selon les résultats, l'étude doit permettre au Gouvernement de prendre d'éventuelles mesures, comme mettre fin à ces pratiques si elles accélèrent le renouvellement de ces appareils.

Mise en place de codes de bonnes conduites

Une concertation avec les fabricants, fournisseurs de contenus et éditeurs de logiciels permettra de définir les engagements à mettre en place concernant le reconditionnement des smartphones, les émissions de gaz à effet de serre ou encore l'écoconception des box et services numériques.

Prise en compte des enjeux environnementaux dans l'attribution des fréquences

L'Arcep est également mandaté pour déterminer comment prendre en compte les enjeux environnementaux en tant que critères lors de l'attribution des bandes de fréquence 26Ghz.

Adoption de l'écoconception par les services publics numériques

À partir de 2021, les acheteurs publics sont dans l'obligation d'acquérir des produits numériques de seconde main. L'ambition est qu'ils représentent 20 % des nouveaux achats de matériel informatique et de téléphones.

Soutien des centres de données plus écoresponsables

Pour réduire l'empreinte environnementale du numérique, les data centres qui mettent en place des pratiques favorisant l'écoconception et l'efficacité énergétique pourront bénéficier d'une réduction sur la taxe de l'électricité. Il faut également réfléchir à intégrer des innovations technologiques utiles visant à rendre ces Data center performants énergétiquement avec par exemple l'utilisation de panneaux solaires.

Lancement d'une campagne sur les bonnes pratiques numériques

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) mettra en place une campagne pour sensibiliser et informer les Français sur l'empreinte carbone du digital et sur les bons comportements à adopter pour favoriser la sobriété numérique.

empreinte ecologique numerique mesures gouvernement ordinateur

Faire du numérique un levier de la croissance écologique

Ce dernier axe a pour visée de lier numérique et écologie et ainsi, d'accroître l'impact positif du numérique sur l'environnement en favorisant notamment les jeunes entreprises de ladite “Green Tech”.

Recensement des usages du numérique en faveur de la transition écologique

Le sénateur Julien Bargeton a pour mission d'analyser, sur le terrain, des innovations numériques permettant d'infuser la transition écologique sur les différents territoires. Ce travail a pour vocation de massifier les initiatives grâce à  des modalités spécifiques.

Appel à projets utilisant la 5G au service de la transition écologique

Autre mesure pour réduire l'impact environnemental du numérique : les projets sélectionnés qui utilisent la 5G au profit de la protection de l'environnement pourront bénéficier de fonds du 4ème Programme d'investissement d'avenir.

Soutien à l'innovation numérique pour la transition écologique

Le gouvernement souhaite également que la dimension environnementale soit intégrée dans les stratégies d'accélération de secteurs tels que l'intelligence artificielle ou encore l'informatique dématérialisée (le “Cloud”) et la 5G. Ces technologies doivent permettre de mieux attribuer les ressources et ainsi réduire la dépense énergétique.

Pour écrire un commentaire, merci de se connecter :
- Les messages déplacés seront supprimés. Pas de langage SMS ni de liens commerciaux
L'équipe Tice-Education

Devenir Membre

Pour vous informer sur l'école numérique (Tice), les applications pédagogiques, les outils, le codage, l'algorithmique, les objets connectés... Totalement Gratuit !

S'inscrire